L’épigénétique : une promesse de nouvelle médecine ?

Alors que la génétique et l’hérédité nous laissaient penser que nous étions totalement programmés, l’épigénétique, ouvre une voie prometteuse. Cette nouvelle science nous apprend que notre environnement et notre mode de vie peuvent perturber le fonctionnement de nos gènes et avoir un impact sur notre santé physique et mentale. Mais que sait-on exactement ? Le point avec Ariane Giacobino, généticienne et auteure de Peut-on se libérer de ses gènes ?

Ariane Giacobino est généticienne agrégée à l’hôpital et à la faculté de médecine de Genève, membre des sociétés suisse, européenne et américaine de génétique humaine. Elle est clinicienne auprès de patients atteints d’une maladie génétique et chercheuse en épigénétique.

Qu’est-ce que l’épigénétique ?

On sait aujourd’hui que l’hygiène de vie, l’environnement familial et social, le stress ou l’absence de stress, l’exposition ou non à des polluants… ont une incidence sur l’expression de nos gènes. Selon les cas, ceux-ci peuvent être inhibés ou activés. Ils produiront alors moins ou plus de protéines, ce qui créera un dysfonctionnement biologique. C’est ce que l’on appelle l’épigénétique. Ce phénomène, qui concerne la plupart de nos 22 500 gènes, peut avoir des répercussions sur les transmisions neuronales, sur la réaction au stress, sur la synthèse de certaines hormones… et favoriser les maladies. Par exemple, si à cause de ce dérèglement, un gène impliqué dans la prolifération des cellules est trop actif, il pourra stimuler un cancer.

On sait aujourd’hui que l’hygiène de vie, l’environnement familial et social, le stress ou l’absence de stress, l’exposition ou non à des polluants… ont une incidence sur l’expression de nos gènes.

L’épigénétique modifie toute la machinerie de nos cellules avec à la clé, parfois, de grosses différences de fonctionnement. Contrairement à ce que nous pensions, notre patrimoine génétique n’est donc pas le seul responsable de tous nos maux puisque l’activité de nos gènes peut être affectée par des facteurs extérieurs. Cela change tout car si on ne peut pas modifier notre ADN, en revanche, nous pouvons intervenir sur nos comportements, sur notre mode de vie, sur notre façon d’être.

Justement, que savons-nous exactement sur le lien entre l’environnement et les perturbations épigénétiques ?

On est loin de tout savoir, mais à la fin des années 1990, des travaux ont démontré que la couleur du pelage des souris variait en fonction de l’alimentation de leur mère ou de leur exposition à des composés chimiques. De même, alors qu’elles naissent avec le même bagage génétique, les larves d’abeilles nourries avec de la gelée royale se transforment en reines et vivent plus longtemps que celles nourries avec du pollen, qui deviennent ouvrières et ne vivent que quelques semaines.

Mais les facteurs environnementaux peuvent aussi avoir une influence positive.

Pour ma part, après avoir exposé des souris gestantes à deux pesticides (vinclozoline et méthoxychlore), j’ai constaté des modifications sur l’ADN des spermatozoïdes de leurs bébés. Ce même phénomène peut sûrement expliquer l’augmentation de l’infertilité actuelle chez les hommes. De nombreuses publications font aussi la preuve d’un lien avec un stress durable et intense, lequel prédispose à des crises d’angoisse ou à des comportements addictifs marqués épigénétiquement. Dans un groupe de 28 paires de vrais jumeaux âgés de 5 à 10 ans, dont un a été harcelé à l’école et l’autre non, une différence de méthylisation (processus d’activation ou de désactivation des gènes) est notée sur le gène SERT, qui influe sur la transmission de la sérotonine dans le cerveau et signe une plus forte réactivité au stress. Mais les facteurs environnementaux peuvent aussi avoir une influence positive. Ainsi, six mois d’entrainement sportif modifient significativement l’épigénome du muscle et du tissu adipeux et facilitent la pratique.

Quand l’environnement agit-il sur notre épigénome ?

Tout au long de notre vie, mais la période fœtale est certainement la plus sensible. On parle désormais « d’origine développementale des maladies ». Une exposition à certains facteurs lors de la grossesse entraine des mécanismes épigénétiques participant à la programmation chez le fœtus de maladies qui ne se déclareront qu’à l’âge adulte. Des chercheurs ont ainsi montré que 60 ans après leur naissance, des enfants nés de femmes ayant manqué de nourriture en début de grossesse présentent des altérations épigénétiques sur un gène impliqué dans le métabolisme et souffrent plus fréquemment d’obésité, de maladies cardio-vasculaires ou psychiatriques. De même, l’obésité ou le diabète maternels peuvent affecter l’épigénome du bébé. Les violences subies par une femme enceinte laissent également leurs empreintes biologiques sur l’enfant à naître, et risquent d’engendrer plus tard des fragilités psychologiques et organiques. Les conséquences sont d’autant plus lourdes qu’elles sont transgénérationnnelles : des modifications de l’épigénome de rates gestantes exposées à des perturbateurs endocriniens ont été observées pendant trois générations. Des variations épigénétiques sur le gène NR3C1, lié au codage des récepteurs au stress, ont été relevées chez des mères rwandaises témoins du génocide et chez leurs enfants alors que ceux-ci ne l’ont pas vécu directement.

Ce phénomène est-il réversible ?

Oui, et c’est la bonne nouvelle. Les marques épigénétiques peuvent s’effacer et permettre au gène de retrouver un fonctionnement normal. Mais on en ignore le processus. Les témoignages sur certains modes de vie ou de soin comme la pratique d’une activité sportive ou spirituelle, un changement d’alimentation… attestent de bénéfices mais, pour l’heure, il n’y a aucune démonstration scientifique. Pour cela, il faudrait prendre une cohorte d’individus à qui on ferait suivre un traitement X ou Y, un régime alimentaire, par exemple, sans qu’aucune autre intervention parallèle interfère, ni sport, ni prise de vitamines, ni méditation, ni yoga… Un tel protocole est impossible à mettre au point. Néanmoins, si le champ des influences positives sur l’épigénome reste à explorer, quelques études montrent, par exemple, qu’une psychothérapie précoce pourrait faire disparaître certaines modifications épigénétiques. J’ai réalisé une recherche sur la relation entre acupuncutre et épigénétique chez huit patients souffrant de burn-out et de troubles anxieux. Au bout de six mois, les résultats ont montré que l’acupuncture avait permis à l’un des trois gènes que j’avais choisi d’analyser – le BDNF, lié la diminution de l’anxiété, du stress et de la douleur – de beaucoup mieux s’exprimer. La preuve était à la fois biologique et clinique : les patients ont tous observé une amélioration de leur état.

Quelles perspectives sur la santé l’épigénétique ouvre-t-elle ?

L’épigénétique va jouer un rôle important dans la compréhension et la prévention des maladies. Les perturbateurs endocriniens sont ainsi fortement suspectés d’être en cause dans certains troubles, à commencer par le cancer des testicules chez l’homme jeune. Cela va aussi bouleverser l’histoire de la génétique et contrebalancer ce que l’on croyait être définitif. L’épigénétique semble capable de diminuer certains risques en rendant silencieux les gènes impliqués dans des pathologies comme le cancer.

L’épigénétique va jouer un rôle important dans la compréhension et la prévention des maladies.

Des études sur des souris trisomiques ont démontré que des extraits de thé vert, présents également dans le gène DYRK1A du chromosome 21, en excès dans cette maladie, diminuait l’action de ce dernier et avait un effet favorable sur leur mémoire et leurs compétences intellectuelles. Un traitement à base de thé vert très concentré a été mis au point. C’est la première thérapeutique qui améliore un peu les patients. Cela prouve que, même en cas de maladie génétique grave, l’épigénétique peut procurer une petite marche de manœuvre. On peut aussi imaginer de rendre plus actifs des gènes responsables de l’immunité, et moins actifs ceux qui portent une mutation. Des thérapies épigénétiques pourraient venir en renfort des traitements de plus en plus ciblés et personnalisés destinés à éteindre les gènes en surrégime dans la prolifération des cellules cancéreuses ou encore viser des maladies comme celles d’Alzheimer ou de Parkinson. On a dit aux gens qu’en séquençant leur génome, on pourrait prédire les risques de maladies auxquelles ils sont exposés. Cela ne suffit plus. Désormais, la médecine prédictive comme la médecine classique doivent intégrer l’environnement.

En tant que généticienne, cette nouvelle approche change-t-elle votre pratique ?

Pour moi, qui viens de la branche dure de la médecine, c’est une révolution. Considérer que tout n’est pas programmé génétiquement, autrement dit déterminé, apporte un message d’espoir. Cela signifie que chacun peut agir sur son comportement quotidien et son mode de vie pour vivre mieux plus longtemps. Je suis devenue plus ouverte aux médecines alternatives. L’offre d’approches différentes et de techniques de bien-être se multiplie. Toutefois, il faut rester prudent. Beaucoup de patients atteints de pathologies graves m’appellent pour savoir s’ils ont été exposés à telle ou telle substance toxique, etc. On n’en est pas là et j’espère qu’aucun test épigénétique individuel ne sera mis sur le marché qui dira qu’on s’est fait du mal en mangeant des saucisses trop grillées. En revanche, je m’étonne de l’inertie des pouvoirs publics à interdire le glyphosate.

Considérer que tout n’est pas programmé génétiquement, autrement dit déterminé, apporte un message d’espoir.

Interview par Jeanne Ray

À lire :
– Peut-on se libérer de ses gènes ? L’épigénétique, d’Ariane Giacobino, Stock, 2018.
– La Symphonie du vivant. Comment l’épigénétique va changer votre vie, de Joël de Rosnay, Les liens qui libèrent, 2018.
– L’Épigénétique ou la nouvelle ère de l’hérédité, d’Andràs Pàldi, le Pommier, 2018.

 

À lire aussiL’épigénétique : des conseils pour agir sur notre épigénome ?

 

Retrouvez dans Sens & santé numéro Hiver 2019 actuellement en kiosque, dans un dossier de 30 pages antistress « Ne laissez pas le stress vous rendre malade » :
– l’interview de Perla Kaliman, chercheuse en biologie moléculaire, sur l’épigénétique « Notre mode de vie influe sur nos gènes »
– le témoignage de Guilbert Del Marmol « Mon chemin de reconstruction a modifié mon ADN »

 

Crédit Photo : Hal Gatewood on Unsplash