5 bonnes raisons d’opter pour une cure d’argile

L’hiver est une bonne occasion pour donner un coup de neuf à votre organisme et votre forme générale avec une cure d’argile. Un remède ancestral aussi puissant que doux pour le corps et dont les vertus sont multiples.

Réputée pour ses propriétés apaisantes et cicatrisantes en usage externe, l’argile réserve également bien des vertus pour le corps de l’intérieur. Entre les fêtes de fin d’année, la fatigue, le temps maussade et la cuisine hivernale copieuse, la forme n’est pas toujours optimale et l’organisme est bien souvent le premier à en pâtir. Estomac trop acide, digestion lourde, intestin sensible ou douloureux… Votre corps vous envoie les signes d’un besoin imminent de grand nettoyage : l’eau d’argile pourrait alors bien être votre meilleure alliée pour une détox en profondeur comme en douceur.

« Evitez d’utiliser une cuillère en métal »

Il suffit de miser sur une argile verte de type surfine ou ventilée, adaptée à une consommation interne. Chaque soir, mélangez-en une cuillère à café dans un verre d’eau de source – surtout pas du robinet. Le Professeur Michel Rautureau rappelle l’importance d’utiliser une cuillère en bois ou en plastique : « Evitez d’utiliser une cuillère en métal (argent, inox…) pour mélanger vos préparations car des ions de l’argile pourraient s’échapper et s’agglutiner sur le couvert. » Laissez ensuite reposer le mélange toute la nuit en couvrant le verre puis consommez l’eau infusée au matin, à jeun, pendant deux semaines.

Si votre organisme supporte bien les effets de l’argile sur votre transit, vous pouvez pour la troisième semaine mélanger le dépôt de poudre au fond du verre avec l’eau et consommer ce « lait » en entier. Dans le cas de troubles digestifs incommodants comme des diarrhées, mieux vaut arrêter la cure quelques jours ou réduire les quantités. « Si l’argile recèle de véritables trésors, elle ne doit pas pour autant être consommée en excès », insiste le docteur Jean-Christophe Charrié. Après les trois semaines de cure, vous pouvez éventuellement poursuivre avec une cure de probiotiques pour renforcer encore davantage votre flore intestinale.

1. L’argile est un anti-poison naturel
Tant dans la médecine chinoise que la médecine ayurvédique ou encore dans le bassin méditerranéen de l’antiquité au moyen Âge, l’argile était utilisée comme un anti-poison naturel radicalement efficace. Elle possède en effet un fort pouvoir absorbant et adsorbant qui attire les poisons, toxiques et impuretés du conduit digestif sans les relâcher. Une manière efficace de nettoyer le système digestif et de débarrasser l’intestin des toxines, germes, vers et bactéries pathogènes sans pour autant détruire la flore intestinale comme le feraient des antibiotiques.

2. L’argile fait le bilan de notre organisme
Non seulement son pouvoir absorbant permet d’éliminer les gaz mais l’argile entraine également avec elle l’évacuation des substances toxiques. Cela peut dans un premier temps générer quelques surprises au niveau du transit, avant de lui permettre de retrouver une activité normale et régulée au moyen d’un intestin sain. Il s’agit là d’un simple processus d’élimination qui peut de façon éphémère mettre en lumière des problèmes latents, pas encore identifiés. Ceux-ci peuvent alors se manifester par exemple par des crampes d’estomac ou des douleurs rénales jusqu’à l’évacuation complète.

3. L’argile répare les muqueuses
Grâce à ses vertus cicatrisantes et régénérantes, l’argile est une alliée puissante contre les ulcères, les inflammations mais aussi la porosité intestinale. Le syndrome de l’intestin perméable découle d’une paroi intestinale endommagée, qui n’est plus à même de filtrer correctement les molécules assimilées. En découlent alors potentiellement des problèmes immunitaires, des allergies diverses, des problèmes de thyroïdes et des problèmes cutanés. L’argile est une étape clé pour stopper ce processus et restaurer l’intestin. « Ses propriétés antiseptiques optimisent les fonctions régénératrices de l’argile en matière de purification et de reconstitution cellulaire des tissus endommagés, jusqu’à parvenir à une cicatrisation totale par le biais d’une intervention entièrement naturelle », explique ainsi Bernard Baudouin dans son livre “L’argile et ses vertus”.

4. L’argile agit comme un anti-inflammatoire
Longtemps utilisée sur les articulations fragiles des chevaux, l’argile est désormais un indispensable de notre trousse à pharmacie pour lutter contre les inflammations : os, muscles, articulations… L’argile est d’ailleurs un atout en cas de sciatique même par voie interne, pour permettre de désengorger les toxines sur le nerf ciblé.

5. L’argile reminéralise le corps
L’argile est très riche en minéraux, en particulier en fer, silice, calcium, potassium et magnésium. Elle est donc conseillée en prévention ou remède à des carences pour refaire le plein de vitalité. Elle est également indiquée en cas de pratique sportive régulière, de consommation de tabac ou d’alcool et toute autre pratique qui favorise la perte de minéraux.

Bon à savoir
« Si l’argile recèle de véritables trésors, elle ne doit pas pour autant être consommée en excès : pas plus de 3 semaines d’affilée pour le surnageant, c’est-à-dire l’eau sans l’argile que l’on laisse retomber au fond du verre, et 2-3 jours si on avale tout, si l’on n’a pas pris d’avis médical », souligne le Dr Charrié.

Par Sophie Vande Kerkhove

Nos spécialistes :
Professeur Michel Rautureau, Docteur d’Etat en sciences physiques
Jean-Christophe Charrié, Médecin généraliste spécialisé en phytothérapie

Nos sources :
« L’argile et ses vertus », Bernard Baudouin, Presses du Châtelet, 2012
« Soigner avec l’argile: comment se guérir par la médecine naturelle », Raymond Dextreit, Editions de la revue « Vivre en harmonie »

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous au magazine Sens & santé